BARBIER (A.)

BARBIER (A.)
BARBIER (A.)

BARBIER AUGUSTE (1805-1882)

Coups d’essai qui étaient vraiment des coups de maître, quelques poèmes inspirés par la révolution de Juillet, publiés à partir d’août 1830 dans La Revue de Paris et d’autres journaux, rendirent soudain célèbre un poète de vingt-cinq ans. Dix-neuf pièces, bientôt réunies en volume sous le titre, emprunté à Chénier, d’Iambes . Ni classiques ni romantiques ne savaient dans quel camp ranger ce protestataire. Républicain indigné de voir les Trois Glorieuses escamotées par Louis-Philippe, Barbier dénonçait dans Quatre-vingt-treize la déchéance des fils, incapables de faire une révolution aussi radicale que celle de leurs pères; dans Le Lion , la facilité avec laquelle le peuple vainqueur s’était laissé enchaîner à nouveau; dans La Curée , la saisie du pouvoir, des honneurs et des bénéfices par ceux qui n’avaient pas combattu en personne et pour lesquels une révolution n’était qu’un brigandage; dans L’Idole , il osait même s’attaquer à Napoléon, ce «Corse à cheveux plats», idole des jeunes libéraux, qu’il rendait responsable de la domestication, de la dégénérescence des Français. Barbier n’était plus, comme Chénier, un homme seul clouant au pilori les hommes au pouvoir; il se voulait le porte-parole de toute une jeunesse, et singulièrement des éléments les plus populaires et les plus démocratiques de cette jeunesse: d’où l’écho aussitôt obtenu. Le poète se révélait musclé, direct, véhément, avec une langue aussi drue que sobre, des images percutantes (la France, cavale asservie par le cavalier Bonaparte dans L’Idole ), un maniement spontané du vers frappé en médaille et de la coulée rythmique de la strophe.

Il reste encore à Barbier plus de cinquante ans à vivre, et il n’y a presque plus rien à dire de la suite de son œuvre. Un seul de ses multiples recueils suivants, Lazare (1837), inspiré par un voyage en Angleterre, offre encore de la vigueur dans sa dénonciation du monde britannique de l’industrie et du négoce. Les autres sont de plus en plus mous quant à la forme et mièvres quant à la pensée. Doit-on supposer qu’un écrivain ait pu une fois atteindre à l’incandescence du génie par exceptionnelle concordance avec une situation historique pour s’éteindre ensuite si vite et si définitivement? Ce serait alors un cas aussi passionnant que rare, et susceptible de faire hésiter tous ceux qui tranchent intrépidement de l’attribution d’œuvres douteuses ou anonymes. Car, si tous les livres d’Auguste Barbier n’étaient pas d’une authenticité indiscutable, aucun spécialiste n’oserait imaginer que l’auteur des Iambes soit le même que celui d’Il Pianto , des Rimes légères , Chansons et Odelettes ou des Silves ; ou bien faut-il conclure avec Baudelaire: «Chez Auguste Barbier, naturellement poète, et grand poète, le souci perpétuel et exclusif d’exprimer des pensées honnêtes ou utiles a amené peu à peu un léger mépris de la correction, du poli et du fini, qui suffirait à lui seul pour constituer une décadence.» (Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains .)

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • barbier — [ barbje ] n. m. • v. 1230; de 1. barbe ♦ Anciennt Celui dont le métier était de faire la barbe au rasoir à main. Les barbiers du XVIIIe siècle étaient aussi chirurgiens (plaies, fractures, etc.). « Le Barbier de Séville », de Beaumarchais.… …   Encyclopédie Universelle

  • BARBIER (G.) — BARBIER GEORGE (1882 1932) L’illustrateur de mode George Barbier est une des figures fascinantes de l’Art déco. D’un style graphique accompli, les vignettes qu’il a composées apportent une vision à la fois sophistiquée et sereine du monde de la… …   Encyclopédie Universelle

  • Barbier — is a surname and may refer to:* Antoine Alexandre Barbier (1765 1825), French librarian * Charles Barbier, French creator of night writing * Charles Barbier de Meynard, French historian and orientalist * Edmond Jean François Barbier (1689 1771),… …   Wikipedia

  • bărbier — BĂRBIÉR, bărbieri, s.m. Frizer. ♦ fig. (fam.) Om mincinos, lăudăros. [pr.: bi er] – Din ngr. barbéris. Trimis de paula, 23.05.2002. Sursa: DEX 98  BĂRBIÉR s. v. frizer. Trimis de siveco, 13.09.2007. Sursa: Sinonime  …   Dicționar Român

  • barbier — Barbier. s. m. Qui fait la barbe. Premier Barbier du Roy. glorieux comme un Barbier. Barbier Estuviste. Barbier Perruquier. Barbier de village. On dit prov. qu Un Barbier rait l autre, pour dire, Que les gens d une mesme profession, se servent &… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • barbier — BARBIER. s. m. Celui dont la profession est de faire la barbe. Earbier Étuviste. Barbier Perruquier. Barbier de village. [b]f♛/b] On dit proverbialement, qu Un Barbier rase l autre, pour dire, que Les gens d une même profession, de même humeur,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Barbier — Sm per. Wortschatz arch. (14. Jh., Form 15. Jh.), mhd. barbierer Entlehnung. Ist mit dem Verb barbieren entlehnt aus afrz. barbier Friseur , dieses aus ml. barberius, einer Ableitung von l. barba f. Bart . Die an das Französische angeglichene… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Barbier — »Bartpfleger« (veralt.): Mhd. barbier (spätmhd. barbierer) wurde durch roman. Vermittlung (it. barbiere, frz. barbier) aus mlat. barbarius »Bartscherer« entlehnt, einer Ableitung von lat. barba »Bart« (urverwandt mit dt. ↑ Bart) …   Das Herkunftswörterbuch

  • barbier — Barbier, Tonsor. Un Barbier rait l autre, Tonsores inter se rasitant. L ouvroir d un Barbier, Tonstrina. Barbiere, Tonstrix …   Thresor de la langue françoyse

  • Barbier [1] — Barbier (Barbierer), ein Mann, der gewerbsmäßig rasiert, frisiert etc., auch Perücken macht und oft noch niedere Chirurgie (Schröpfen, Aderlassen, Operieren von Hühneraugen, Ausziehen von Zähnen etc.) ausübt. Die heutigen Barbiere entsprechen den …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”